Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chroniques de l'asphalte 2/5

18 Février 2009, 10:51am

Publié par Rêve

Le premier tome était sympathique et amusant à lire, le ton enjoué.(critique ici et )
 
Le deuxième tome - moment d'éloignement de la famille, des potes - moment d'apprentissage professionnel - est moins drôle.
Le recours à l'imaginaire plus déjanté. Les thèmes érotico-morbides sont plus acides ("à cette époque j'étais dans le creux de la relation humaine"..."j'étais triste à cette époque. Je me sentais coincé dans une impasse, et je voyais le mur du fond se rapprocher").

L'adolescent boutonneux qui rêve de cinéma, et de filles, qui se fait du cinéma tout seul, est néanmoins très attachant. Parce qu'il lutte pour réaliser ses rêves. Parce qu'il garde son humour même dans la scène du suicidé du métro.
Et l'on regrette d'avoir de mauvaises nouvelles des anciens amis de banlieue qui n'ont pas pu s'en extraire.


EXTRAITS :

"Peut-être que les gens qui s'aiment s'arrangent entre eux et se mettent d'accord sur leur bizarrerie.
J'ai plus trop revu Franky, il était amoureux et vous savez comment ça marche : dans ces moments-là, on disparaît.
C'est dommage, parce que les gens amoureux c'est ceux que je préfère. J'aime bien les fréquenter. Ils sont plus beaux, plus tolérants et plus généreux que nous autres, pauvres mortels sans amour.
Ouais, c'est ça, les gens amoureux sont immortels."

"J'étais timide à en crever. Et bien des fois j'ai pu me rapprocher des gens grace à la cigarette.
Par exemple, si je me retrouvais avec un groupe ou des collègues de travail, je m'entendais mieux avec les fumeurs. Nous avions ce truc en commun. Nous nous détruisions la santé en commun.
J'ai toujours été heureux d'offrir une cigarette.
J'ai toujours détesté qu'on me rappelle que ça allait me faire crever.
(...) On n'a plus le droit de montrer une cigarette. On peut voir un mec avec quatorze pistolets-mitrailleurs et quarante flingues, mais pas de clope.

"Le jour de mes dix-huit ans était passé aussi inaperçu que celui de mes dix-sept ou de mes seize.(..) Donc, ce jour-là, j'étais rentré chez moi assez tôt. Sans même avoir envie d'aller dans un bar histoire de m'en jeter un ou deux à ma santé. Vous savez comment ça marche : on se sent pas de fêter alors on préfère s'enfoncer dans l'anonymat.
(Et aujourd'hui encore, celui qui me fera un machin du genre anniversaire surprise, je lui casserai la gueule en souvenir du bon vieux temps.)"

Commenter cet article

elo 22/02/2009 22:58

+1 livre! j'ai preferé le 1er tome

Rêve 23/02/2009 19:41


c'est pas la même ambiance en effet