Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Delphine de Vigan "No et moi"

25 Juin 2009, 12:13pm

Publié par Rêve


J'avoue, j'ai acheté ce livre pour le dessin de couverture. Peut-être pour les grands yeux, la larme et le coeur. J'ai d'ailleurs trouvé le site de son auteur Mathieu Forichon (pas si folichon  ^^).
C'est un livre facile à lire, pas déplaisant, qui a son charme, dans la mode des enfants surdoués qui s'expriment (comme dans "l'élégance du hérisson") tout en évoquant des faits de société (ici les SDF, les relations parents-enfants, la mort subite du nourrisson, la dépression, les adolescents en classe...). Politiquement correct - mais sans happy-end (l'amour ne suffit pas...). Correctement écrit.
Il a obtenu le prix des libraires en 2008 et vient de paraitre en poche.



EXTRAITS :



"Les chiens on peut les prendre chez soi, mais pas les SDF. Moi je me suis dit que si chacun d'entre nous accueillait un sans-abri, si chacun décidait de s'occuper d'une personne, une seule, de l'aider, de l'accompagner, peut-être qu'il y en aurait moins dans la rue. Mon père m'a répondu que ce n'était pas possible. Les choses sont toujours plus compliquées qu'il n'y parait. Les choses sont ce qu'elles sont, et il y en a beaucoup contre lesquelles on ne peut rien. Voilà sans doute ce qu'il faut admettre pour devenir adulte.
On est capable d'envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l'espace, d'identifier un criminel à partir d'un cheveu ou d'une minuscule particule de peau, de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride, de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d'informations. On est capable de laisser mourir des gens dans la rue."

"Quand je suis occupée, elle passe beaucoup de temps sans rien faire, c'est peut-être la seule chose qui me rappelle d'où elle vient, cette capacité qu'elle a de se poser n'importe où, comme un objet, d'attendre que les minutes passent, le regard perdu, comme si quelque chose devait advenir qui l'emporterait ailleurs, comme si tout cela au fond ne comptait pas, n'avait pas d'importance, comme si tout cela pouvait s'arrêter d'un coup."

"Alors j'ai pensé aux adverbes et aux conjonctions de coordination qui indiquent une rupture dans le temps (soudain, tout à coup), une opposition (néanmoins, en revanche, par contre, cependant) ou une concession (alors que, même si, quand bien même), je n'ai plus pensé qu'à ça, j'ai cherché à les énumérer dans ma tête, à en faire l'inventaire, je ne pouvais rien dire, rien du tout, parce que ça se brouillait autour de moi, les murs et la lumière.
Alors j'ai pensé que la grammaire a tout prévu, les désenchantements, les défaites et les emmerdements en général."




Commenter cet article

sarah 01/11/2015 13:33

Ce livre, "No et moi", qui parle de la cause des SDF, est un livre de Delphine de Vigan, qui d'origine, n'as as cette couverture la.
Cependant, je vous recommande à tous cette lecture. :)

Rêve 01/11/2015 20:53

C'est une couverture France loisir...mais effectivement on ne juge pas un livre sur sa couverture et je le recommande également
S

petit scarabée 28/06/2009 12:33

j'eusse été interpellée par la couverture également ... j'aime bien quoi :)

calbo 25/06/2009 16:03

C'est vrai que j'aime bien la couverture aussi !Ca fait très BD

Rêve 25/06/2009 19:35

Je dirais même que ça fait manga !