Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"L'ordre des femmes" de Daniel Cordonier

10 Juin 2010, 14:09pm

Publié par Rêve

Si vous vous intéressez aux relations hommes/femmes,

Si vous voulez voir le rapport entre théorie du complot, recherche de sens, mécanismes projectifs, dépression, angoisse d'abandon et angoisse de castration,

Si vous pensez que notre sexualité et les relations amoureuses dépendent de la biologie et de la nécessité de reproduction de l'espèce,

Si vous aimez les polars et la psychologie (l'auteur est un psychologue suisse),

Alors ce livre est fait pour vous :

Image.aspx...David Clerc est un banquier à l'avenir prometteur. Son succès professionnel n'en fait pas un homme heureux pour autant: sa femme l'a quitté et il ne s'est pas remis de cet échec sentimental. Au moment où il obtient une importante promotion, une nouvelle rencontre bouleverse son existence. C'est le coup de foudre. Il croit avoir enfin trouvé la femme avec qui il pourra reconstruire sa vie. Mais quand il rentre un soir du travail, l'appartement est vide. David n'a alors qu'une idée en tête : élucider les raisons de cette disparition. Pour ne pas sombrer, il doit absolument découvrir pourquoi celle qui l'aimait n'est plus là. Son enquête lui fera rencontrer des personnages étranges et prendre des risques considérables...

 


EXTRAITS :

 

" - C'est bien lui (Saint Augustin) qui a défini le mariage chrétien, une définition toujours en vigueur aujourd'hui. Il vivait vers l'an 400 et affirmait que le mariage est basé sur trois éléments fondamentaux : la procréation, la fidélité et l'indissolubilité.  Mais (...) c'est seulement 1200 ans après la mort du Christ que les chrétiens ont inclus le mariage dans la liste des sacrements.

(...) Ils devaient avoir de sacrés débats sur l'indissolubilité de l'union. Saint Augustin était bien gentil, mais passer toute sa vie avec la même personne ce n'est pas toujours évident. D'ailleurs l'Eglise d'Orient a admis le remariage pendant très longtemps. Constantin Copronyme, le Basileus de Byzance, a divorcé et s'est remarié trois fois à l'église. En plus, rendre le mariage sacré c'était aussi promouvoir les relations sexuelles. Beaucoup d'ecclésiastiques pensaient que les prêtres ne devaient pas bénir les mariages, puisque la voie royale vers le Seigneur passe par la chasteté. Pour Saint Paul, par exemple, vivre avec une femme n'était qu'une solution de secours pour ne pas sombrer dans la luxure. Sa célèbre formule "mieux vaut se marier que brûler" est révélatrice.

- Mais alors qu'est-ce qui les a poussés à finalement inclure le mariage dans les sacrements ?

- A mon avis, c'est parce que ces braves hommes ont estimé que ça serait le meilleur moyen de contrôler la sexualité des gens ordinaires pour qui la voie de la chasteté était trop difficile. Et surtout la sexualité des femmes qui a toujours fait peur aux mâles. "

________________________

 

" Marie Sophie m'attirait, mais je ne savais pas si c'était réciproque. Comment assurer mes chances ? Eternel problème auquel seuls les séducteurs invétérés ont la réponse. Comme je n'en étais pas un, j'essayais de me rassurer avec les conseils que Jef nous prodiguait généreusement lors des soirées poker. Son credo de base est que les programmes instinctifs qui nous viennent de nos lointains ancêtres sont toujours à l'oeuvre sous notre vernis civilisé. selon lui, il faut absolument tenir compte de cet héritage pour draguer correctement.

    Premier point : la femme échange toujours le sexe contre des moyens de subsistance. Son problème principal est de trouver un homme qui peut garantir sa survie et celle de ses petits. Il faut donc lui montrer que l'on dispose des ressources nécessaires (...)

    Deuxième point : c'est toujours la femme qui choisit. principe difficile à admettre pour l'égo du mâle, mais que tous les dragueurs expérimentés connaissent. L'homme peut bien sûr se mettre en valeur et montrer son désir de manière plus ou moins subtile, mais ce n'est pas ce qui fait la différence. Les bons chasseurs se distinguent par leur capacité à repérer les signaux qu'envoie la femme pour montrer qu'elle entrouvre la porte.(...)

    Troisième point : savoir persister. La femme cherche un partenaire qui la protègera, elle et sa progéniture, le plus longtemps possible.(...)

    Quatrième point : écouter. Ca a l'air simple, mais c'est le plus compliqué. Offrir une oreille attentive aux opinions, aux questions, aux soucis. Une femme se donnera toujours plus facilement à un homme qui l'écoute. Parce qu'écouter est un signe d'intérêt et d'engagement potentiel à long terme. Tous les indices qui présentent l'homme comme un partenaire fiable facilitent la conquête."

 

______________________________________

 

" La peur, c'est quelque chose qu'on doit tous affronter depuis qu'on a quitté l'abri du ventre de maman. Parce que le monde est chaotique et dangereux. Parce que la mort et la souffrance peuvent survenir à tout moment. Alors on cherche à se rassurer. Le couple, la famille, la tribu sont des moyens de se sentir moins seul face à l'existence. Des garanties qu'on sera aidé en cas de pépin. Dans le mariage, on a longtemps considéré que c'était avant tout l'homme qui protégeait son épouse. C'est une vision machiste, parce que l'inverse est tout aussi vrai. Les unions de l'ancien temps apportaient aux hommes un sentiment de sécurité dont ils ne se rendaient pas toujours compte, mais qui était très important. Une fois qu'ils avaient trouvé chaussure à leur pied, ils détenaient la quasi-certitude que leur femme serait toujours là pour s'occuper d'eux. Le système était conçu pour que les mâles aient leur maman de remplacement une fois qu'ils quittaient la maison. Leur femme devait les aider, les soigner, leur donner du plaisir et les servir. Ca calme l'angoisse quand on a quelqu'un comme ça près de soi.

(...) C'est encore le cas dans pas mal de pays. Mais chez nous, ça ne marche plus. Les mâles occidentaux redécouvrent la peur. Ils s'aperçoivent que le mariage est un contrat qui peut être dénoncé par les deux parties.

(...) tu devras affronter ta crainte des femmes. Elles ont conquis leur autonomie et peuvent laisser libre cours à leurs désirs, y compris ceux qui nous font peur. Nous sommes en train de redécouvrir leur ombre. Tant qu'elles restaient enfermées à la maison, on pouvait les parer de toutes les vertus. Mais c'était oublier pourquoi on les avait mises en cage. Si les hommes ont inventé le tchador, la ceinture de chasteté et le devoir conjugal, c'est parce qu'ils avaient senti la menace. Ils ont toujours été effrayés par la nature profonde des femmes. (...) elles ne sont ni pires ni meilleures que nous. Mais la différence essentielle à mon avis, c'est qu'elles sont nettement plus chthoniennes que les hommes. (...) Ca vient de Chthonos. c'est le nom qui était donné à la terre et aux profondeurs. Le qualificatif chthonien s'applique à ce qui est souterrain, qui germe en dessous et apparaît de façon imprévisible. Les femmes sont reliées de façon plus directe à cette dimension brute des forces naturelles. C'est ça qui nous fait peur. Parce que ces forces sont incontrôlables. On ne peut pas les maîtriser. Ni par les actes, ni par la pensée. Les hommes aiment comprendre et démontrer. Tu peux presque toujours négocier avec un homme. Mais on ne négocie pas avec un tremblement de terre, ni avec une femme prise par ses sentiments."


 

 

_____________________________

 

 

" Aimer est quelque chose qui s'apprend. Ca n'est pas donné. Ce que nous recevons au départ c'est le bagage biologique standard. Le désir, l'envie de perpétuer nos gènes, la recherche du partenaire. Et toute la chimie qui va avec. les molécules de la passion, du plaisir et du manque.(...) Mais la biologie ne suffit pas à créer une relation. Nos programmes produisent de l'attirance, de l'excitation, du besoin. Rien d'autre. Pour bâtir une union durable, il faut bien plus. Le vrai amour demande des efforts et des remise en question quotidiennes. On ne fonde pas un couple parce qu'on aime, mais pour s'initier à l'amour."

 

 


Commenter cet article