Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les "Noces de soufre" de Jean Amila

1 Octobre 2012, 17:23pm

Publié par Rêve

Apparemment, dans les années 60 (ou bien est-ce universel ?), ce n'était pas gagné avec l'égalité des sexes, l'identité et la sexualité féminine :

dix-2396.jpg

" Alors elle comprit qu'elle avait devant elle un ennemi qui voulait la pousser à la crise de nerfs. (...) Verdier ne la quittait pas des yeux, bon papa, mais du genre implacable.

- Vous ne savez rien du tout, mon petit !

(...) Il se foutait d'elle, nettement. Elle avait fini par mettre les mains aux hanches, petite mère la Châtaigne mal mariée, habituée aux bagarres verbales où elle avait toujours le dessous, sans jamais vouloir toucher des deux épaules."

 

" - C'est là-dedans, tu vois !...Des filles dans ton genre, c'est là-dedans que ça se passe !

Le même geste, les mêmes mots qu'André qui lui reprochait sa frigidité...qui lui expliquait que chez des filles comme  Thérèse ça se passait au niveau du bulbe, avec une jouissance saine et animale, tandis qu'elle n'était qu'une cérébrale, sa propre spectatrice plus ou moins écoeurée...avec un système d'embrayage si subtil que, jusqu'à présent, il n'avait encore jamais fonctionné correctement, patinant tout au plus, toujours retenu peureusement, comme ces débutants des auto-école qui ont bien moins peur de la route que de la puissance effarante du moteur qu'ils sentent sous leur pied."

 

" Tous les couples tu m'entends ! Tous les couples qui ont du sang sous la peau connaissent ce stade des noces de soufre ; à qui des deux sera le plus fort, à qui vaincra ! Et c'est la manière de sortir de ces noces-là qui fait la grande classe d'un couple, ou bien sa déconfiture dans la haine baveuse, la résignation à son niveau le plus crétin, ou le crime ! (...)

- Jamais on ne parle de ça ! Alors qu'on devrait l'apprendre sur le banc des écoles !"

 

"Envie de se soumettre à lui, cesser d'être la petite femmelette civilisée à ridicule tempérament de sufragette égalitaire, rentrer dans la loi naturelle, admettre sans complexe qu'elle n'était que la biche apeurée d'un grand mâle..."

 


Commenter cet article

Leah 02/10/2012 20:18


Ah ben. C'est beau. Moi aussi je ne suis que la biche apeurée d'un grand mâle.

Rêve 02/10/2012 22:28



moi je suis la grande biche du mâle apeuré