Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

28 - 30 ans

, 17:43pm

Elle avait cette allure adolescente qui le chagrinait chez les jeunes femmes.
Et de plus, sifflotait, funambule, le long du trottoir.
Mais en arrivant à sa hauteur, il croisa son regard, il crut la sentir chavirer sur son épaule : Elle lui déchira le coeur.
Il parcourut son corps, s'en abreuva par goulées chaudes, sut l'émouvoir de son désir tremblé. 
Il aima ses mots troubles et sa façon de détourner les yeux.
Il était son ennemi apprivoisé.
Elle s'accoutuma à la flamme qui la consummait à chaque pensée de lui.
Elle accepta même qu'il la trouvât belle.

Elle lui envoyait des pages, arrachées aux livres aimés, qu'elle avait tenues contre sa peau la nuit, froissées et odorantes.
En percevait-il le sel ?
Ils étaient l'un à l'autre un long poème
Un parchemin à dérouler.
Ils s'effeuillèrent.
Il aimait suivre ses lignes, ses courbures, retrouver des passages connus.
Elle déchiffrait ses gestes, à en être piégée.
Leur regard s'usait à la lecture.
Du bout des doigts parfois découvrir, feuilleter, fureter,
Aller plus loin dans leur histoire.

Souvent, un mot les retenait
Qui lui dessinait un sourire
Qui lui volait le souffle,
Qui glissait comme une ombre sur son front,
Qui lui faisait tourner la tête,
Ou souffrir,
peut-être.

Sa question brûlait ses lèvres.

Les ailes leur poussaient.
L'envol,
De la chaleur moite du nid,
Jusqu'à remuer les foins.
Ils y laissèrent des plumes.
Ils restèrent sur la paille.
Ils léchèrent leurs blessures,
Les plaies ouvertes.
Sucèrent le venin
L'eau sur ses paupières
Le lait de ses parfums.